Quatre Clans, Une Destinée

Spring Theme © Honey
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur Quatre Clans, Une Destinée !
Crédits :
    Fondatrice : Etoile des Vents
      Administratrices : Étoile Diaphane, Étoile des Tempêtes & Profondeur des Abysses
        Modérateurs: X
      Design actuel : Honey~ le 17/03/17 / Reira & Twist : Codages
    Concept tiré des livres "La Guerre Des Clans", écrits par Erin Hunter.
Nouveautés :

Juillet 17: Le forum est remis à neuf!
Tous les clans sont ouverts.
Tous les Posts importants sont à pourvoir!

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 19:26


Valse du Requin

Vous :

Prénom (Facultatif) : What a Face
Âge : 16 ans !
Sexe : Fillleeee
Puf : Kyu, ou Edenwin ^^
As-tu lu le règlement ? C'est une question piège ?
Si oui, donne moi les codes : Adios amigos les codos
Comment as-tu connu le forum ? ICI
Un conseil pour l'améliorer ? Pas grand chose, non :p Ravie de ne pas vous avoir aidé 8D

Votre Personnage :

Noms : Valse du Requin
Âge en lunes : 31
Sexe : Masculin
Clan : Snow, because Jon Sn../meurt/
Rang : Guerrier

Envie, projet(s), regret(s) de votre chat : Regrette de n'avoir pu sauver sa mère, et d'avoir menti à son frère.
Lien(s) familiau(x) :
Morsure du Froid >> Frère, vivant.
Illusion du Ciel >> Mère, décédée.
Valse du Froid >> Père, décédé.




Physique :
Je vous dis ces mots tandis que je me matte dans une flaque d’eau. Eh, sympa la rime. Bref.
Niveau physique, je suis simple. Enfin, accordez-moi plus d’importance que ces chats noirs ou blancs, j’aime pas la monochromie mais je fais avec. Je suis bicolore, majoritairement brun et blanc. Ce dernier s’étale sur mon ventre et mon poitrail. Il squatte également mon cou et le dessous de mon menton, pour remonter le long de ma bouche et s’évanouir entre mes yeux qui eux, sont bleu turquoise. J’adore leur couleur soit-dit-en passant !
Quand je vous dis que je suis brun, et bien en fait je vous mens. C’est juste que quand on est en face d’un chat marron, on a tendance à dire qu’il brun, même si ce n’est pas le cas. En vérité, je suis châtain, et il y a quelques poils de mon pelage qui sont plus sombres. A certains endroits donc, je parais brun, et j’aime la teinte qu’ils créent sur ma fourrure. Que vous dire d’autre ? Je suis grand et plutôt fin, apparaissant comme un félin qui n’a que la peau sur les os, mais je me contente du strict minimum, niveau bouffe. Pour finir sur une note paradoxale, j’ai beau être maniaque de la propreté, et par extension de la bienséance, mon pelage est loin d’être comme moi. Il est quasi hirsute, et quelques touffes se font rebelles, et refusent de s’aligner sur mon dos et ma peau. Mais je dois dire que j’aime cet effet « en bataille ». Ça colle bien à ma personnalité aventureuse et… rebelle, laissez-moi le dire.



Caractère :
Par où commencer ? Non parce que, autant être honnête -et j’essaie de l’être le plus souvent du temps – je suis loin d’être un cadeau des Dieux. Je dis ça car je me contente de la fermer la plupart du temps, même quand on me parle, et quand je l’ouvre, c’est uniquement pour démontrer à tous que je suis désagréable et cynique. Mais je m’en fiche. Je m’en fiche de ce que les autres peuvent penser de moi, de toute manière ils ont, pour la majorité, une mauvaise image de ma petite personne.
Autant vous dire tout de suite que je ne suis pas un tendre ; et mes proches qui vous diront que je suis violent ont tout à fait raison. Je vous rassure, je ne le suis pas H24, je le suis quand j’ai besoin de l’être, c’est tout. D’autres disent que je suis déstabilisant. Je pense que c’est un autre mot pour dire grossier, vulgaire, et aussi insultant quand j’y réfléchis bien. Ils exagèrent. Je le suis, c’est vrai, mais avec modération. Cependant, je ne vous cache pas que je rabaisse gratuitement les gens, et que je ne prends pas de gants pour démonter vos arguments et vos dires -si vous en avez, ce qui serait pas mal pour pouvoir les démonter. Je suis distant et froid, mais c’est comme ça que la vie m’a forgé. Aller vous plaindre à vos Divinités si vous n’êtes pas contents. De toute façon je vous ai déjà dit que je n’en avais rien à faire de votre jugement vis-à-vis de ma personne.
Je vous entends râler, et dire que « décidément, il n’a que des défauts «, mais je ne suis pas d’accord ! En vérité, je suis une âme paisible. Je ne m’énerve que quand il le faut, voyez’. Il est vrai que je n’arbore pas souvent… bon, on peut le dire, jamais, un visage souriant et inspirant la confiance, mais un plutôt impassible. Pour certain, je dois paraître sans cœur, mais j’accorde une grande valeur à la vie des chats, qu’ils soient amis (je sais, ça doit sonner bizarre dans ma bouche) ou ennemis (ça va mieux, c’est ça ? Pff, t’es tellement loin de la vérité, mec). Vous devriez également savoir que j’ai un côté doux (très rare, je vous l’accorde). Oui monsieur, moi aussi je peux témoigner des émotions, n’ayez crainte. Ah oui ! Puisqu’on en parle implicitement, je suis un grand amoureux (vous allez rire quand je vais vous dire que je suis aromantique. Ah bah voilà, c’est dit.) du sarcasme et de l’ironie. Ils sont le poison avec lequel sont comparées mes paroles. Ah, quelle bande de chiens.
On peut terminer sur une note un peu plus rigolote (jure, c’est pas ironique là), et vous dire que j’ai un petit sens de l’humour. Bon, okay, un humour noir certes, mais quand on n’est pas étroit d’esprit, c’est de l’humour. Et y’a pas « humour » dedans pour rien, non plus. Ah, ouais. Un autre détail insignifiant pour vous mais qui à toute son importance à mes yeux : la propreté. J’en suis maniaque, alors gare à vous, si vous ne supportez pas la vue du sang et que votre estomac vous fait comprendre qu’il va fonctionner à l’envers, tandis que je suis dans les parages.
Je devrais vous rassurer et vous dire que mes quelques amis sont très importants pour moi, car on sait tous qu’il nous faut une ou plusieurs personnes pour vivre, sinon on devient fou. Et dans mon cas, ça pourrait donner des choses… T’sais quoi ? Je ne préfère même pas en parler.



Histoire :
Je suis né dans le Camp de la Neige. Surprenant hein ? Au lieu de rire, rappelle-toi que la majorité de mes lecteurs sont nés dans le territoire qui appartient à leur Clan, cervelle de rat. Je ne veux pas nourrir le cliché du « c’était par une froide nuit d’hiver », mais le problème c’est que c’est ça. Et je peux même dire qu’il pleuvait. Enfin, selon ma mère.
Bref.
Ma mère, Illusion du Ciel, m’avait nommé d’après ce qu’elle avait compris d’une conversation de Bipèdes qui passaient par là. Elle me répétait souvent que les requins étaient les rois des Mers, et que rien n’y personne ne leur arrivait à la cheville. Elle me le répétait tellement que j’avais fini par y croire, à ces conneries d’histoires pour gosses. Je m’en fichais clairement, je crois. L’avoir entendu un fois m’avais suffi, alors avec mon frère, Petit Froid, on faisait ce que les chatons faisaient tous : on fuguait. Et on aimait ça. On avait fait ça, une nuit où tout le monde dormait (j’suis à demi sur que c’est un pléonasme) et s’était fait la malle. On avait 3 lunes, et c’était le bon temps.

Je ne vous cache pas qu’on est rentré dare-dare au premier craquement de branche, mais là où je pensais à un Guerrier qui s’était réveillé, Petit Serpent a carrément hurlé au monstre. J’ai eu beau lui rappeler cinquante fois que les monstres ne s’aventuraient jamais en dehors du Chemin du Tonnerre, il a quand même insisté pour rentrer. Cependant, l’extérieur du camp nous promettait de telles richesses avec lesquelles nourrir mes yeux et mon cœur que je ne pus m’empêcher, quelques nuits après, d’échapper à la vigilance de ma mère pour suivre l’appel de la forêt. L’air m’y paraissait si pur – et il l’était – qu’il me transporta, moi et mon petit corps de chaton fraichement né, vers des endroits que je ne trouvais pas si dangereux que ça. Je comprends pas pourquoi ils veulent pas qu’on sorte. Y’a rien de dangereux ici ! Je me rappelle m’être dis une chose aussi débile alors que j’étais aux alentours du Charnier. En y repensant, j’ai eu de la chance ce jour-là : je n’ai croisé ni rongeur, ni renard. Et encore moins de chats errants. Mais ça, je ne savais pas que ça existait, quand j’étais gosse. Je n’étais qu’un ignorant.

J’avais alors 6 lunes quand je fus gradé au rang d’apprenti, et j’étais fier de me dire que je n’avais plus ce « Petit » rabaissant dans mon nom. J’étais devenu Nuage du Requin. A ce moment-là, alors que j’étais sur le promontoire, je compris pourquoi les chatons passaient leur enfance à crier sur tous les toits qu’ils seraient chefs du Clan : la vue y était à couper le souffle. Oui je les ai toujours trouvés idiots de s’approprier la place d’un chat qui avait fait ses preuves, et souffert pour arriver ici. Je ne suis ni philosophe ni poète, mais je peux facilement dire que leur naïveté et leur soif de pouvoir atteignaient les hauteurs des monts dont on ne perçoit pas les sommets. Je soupirai en y repensant, alors qu’Etoile des Vents attendait que je termine ce rituel en pressant amicalement le museau de mon mentor, Rosée du Matin. Il me regarda et à compter de ce jour, il me verra comme un gamin arrogant qui s’élève contre l’autorité et les traditions. Idiot. Il était hors-sujet.

Je me souviens de ma première journée en tant qu'apprenti. Pour les autres chatons gradés le même jour que moi, ils étaient tous euphoriques à l'idée de parcourir le territoire. Pas moi. Je le connaissais, et ce depuis ma tendre enfance. Nuage Froid ne m'avais pas suivi à chaque fois, mais il me dit quand même ce jour-là, que je ne devrais pas faire mon malin devant Rosée du Matin en lui disant que j'avais déjà fait le tour de nos terres. Mais je l'ai quand même fait. Merci, ma bouche, qui déblatère des conneries plus vite que mon esprit. Et bravo, en passant. Rosée du Matin me prend pour le petit malin de la portée. De toute façon, même aujourd'hui, quand j'essaie d'arranger mes relations avec lui, il ne m'écoute jamais.

"- Eh bien, on fugue ? Très bien ! Tu seras de corvée aux anciens, Nuage du Requin ! Amuse-toi bien, et regrette ton insolence !" Il m'avait craché ça à la figure dès que je lui avais fait des aveux. Ah, le plaisir du premier jour d'apprentissage...

Je n'ai jamais fait le tour du territoire avec Rosée du Matin, pas plus que je n'ai visité les frontières. J'ai été bête sur ce coup là, mais je comptais sur mon odorat pour mes les indiquer. Je savais qu'il y avait une frontière avec le Clan des Flammes au Chemin de Terre, c'était déjà ça.

Nuage Froid et moi, on a vu la mort en face. C'est dur à dire, mais ça forge. On avait choisi de chasser de notre côté, puisque je ne supportais plus mon mentor, et mon frère était en froid avec le sien. On s'était séparé, et on était arrivé vers la frontière avec le Clan des Flammes (je vous avais dit que je la connaissais celle-ci !) Nuage Froid pensait qu'on avait plus de chance d'attraper des rongeurs ici, puisqu'il connaissait les habitudes alimentaires du Clan d'en face. J'vous jure, quelle encyclopédie ! Enfin, tout allait bien, jusqu'à ce qu'Illusion du Ciel, notre mère, surgisse des fourrés pour enfin s'arrêter sur la surface noire du Chemin de Terre. Je n'avais pas fait le tour du territoire, mais je savais que ce n'était pas vraiment une bonne idée, de stagner à cet endroit précis, surtout qu’il arrivait que des monstres à deux roues passent. Nuage Froid et moi, on n’a pas réfléchi longtemps : on l'a rejointe dans l'espoir de la faire revenir sur la terre, mais elle nous rejeta.
"- Restez où vous êtes tous les deux, ou fuyez ! De toute manière, cela n'a plus d'importance..."
C'était donc une tentative de suicide. Et j'étais impuissant. Je ne pouvais pas interférer dans les choix de ma mère, et Dieu seul sait que cela est frustrant.
"- Pourquoi, maman ? C'était Nuage Froid. Il avait le courage, la force de parler. Pas moi. Elle se contenta de le regarder dans les yeux, et son regard se dirigea vers le mien. Elle nous sourit une dernière fois.
"- Vous avez les yeux de votre père... Et un monstre passa.

J'en étais venu à me dire que c'était de sa faute. A mon père, je veux dire. Je ne vous l'ai pas précisé, mais nous ne l'avons jamais connu, Nuage Froid et moi. Ce dernier refusait de sortir de la Tanière des Apprentis, ce que je pouvais comprendre. Les deux lunes qui nous restait avant de passer Guerrier furent bien calme. Même Rosée du Matin me témoigna ses condoléances. Je les acceptai volontiers, mais j'avais l'impression qu'elles étaient vides de sens.

Lors de notre baptême, la joie n'était pas vraiment au rendez-vous. Surtout quand Etoile des Vents me nomma Valse du Requin. A ce moment, j'avais envie de noyer ma peine dans mes sanglots. Faut pas exagérer, mais je me demandais d'où elle me sortait un nom aussi débile.
"- La dernière volonté d'Illusion du Ciel.
Oh. J'avoue, elle aurait pu le dire plus tôt, mais ça n'aurait pas eu le même effet. Eh, je suis peut-être doué avec les mots en fait. Mon frère fut nommé Morsure du Froid pour la même raison, mais son nom avait légèrement plus de classe. Beaucoup plus de classe.

"- Non mais, je ne sais pas moi ! Dent de Requin, Morsure du Requin, Colère du Requin ! Tout, tout mais pas Valse du Requin ! Je me plaignais gentiment, histoire de remonter le moral de Morsure du Froid, le soir même, lors de notre nuit blanche. Il rigola.
"- Ouais, mais au moins ça reste gracieux, ce qui contraste avec ton sale caractère, que je suis apparemment le seul à supporter !
J'ignora sa réplique, même si elle était complétement vraie.
"- Ou alors Colère des Abysses... Non ! Empereur des Mers ! Ouais, ça sonne mieux là !
"- La base de ton nom c'est Requin, pour rappel.
Ce à quoi je me contentai de répondre "Métaphore !"
Ce à quoi il me répondit par un roulement d'yeux.

Quelques lunes plus tard, à l'aube, je suis sorti du camp. J'avais décidé de me refaire une petite tournée du territoire. Je voulais vraiment voir toute son étendue.
Je ne vous cache pas qu'une fois à la frontière nord, je ne pus m'empêcher de courir, toujours plus au nord, vers des terres dont nos ancêtres avaient ignoré l'existence. Je ne sais pas combien de temps j'ai couru. Je sais juste qu'il faisait nuit noire quand je suis tombé au sol, exténué. Mes yeux se fermaient tous seuls, tandis qu'ils m'indiquaient la présence d'autres chats. Ou du moins je cru voir des formes félines. Mais mon esprit embrouillé par la faim, la fatigue et la soif n'est pas digne de confiance.

Quand je les rouvris, je n'étais plus au même endroit que la veille. Je ne connaissais pas les lieux, c'est vrai, mais j'étais capable de me souvenir que je suis couché au milieu d'une lande, et pas sur un sol rocailleux. Je me mis sur mes quatre pattes, péniblement. Un de ces chats me bouscula, et j'eus du mal à rester debout. Non sans avoir au préalable lancé un regard noir au responsable, je le plaquai au sol, pour faire bonne mesure. Et qu'il comprenne qui commande ici, malgré qu'ils eussent l'air de former une bande. Mais le nombre ne fait pas la force. J'affichais mon visage impassible, comme à mon habitude. De toute façon j'en ai pas d'autre.
Un long mâle blanc émergea de derrière le gris des roches, et nous ordonna de nous calmer. Qu'il dise ça à son gars, pensai-je en le lâchant et leur tournant le dos. Ouais, je sais que c'est idiot de tourner le dos à de potentiels ennemis mais... fuck off. Blanchette s'approcha de moi, un air de défi dans les yeux. En même temps, je pouvais y voir une émotion particulière s'en émaner : la supériorité. Ouais. C'était lui le chef, mais personne ne me dit ce que je dois faire sans que j'y trouve à redire. (Autant vous dire que l'autorité du Clan est la seule qui ne me tape pas sur les nerfs, mais ça reste à voir.)
"- Valse du Froid. C'est ainsi que l'on me nomme."
C'est une blague ? Il semble ma surprise dans mes yeux.
"- Non.
Oh mon gars. J'ai bien peur de savoir qui est Blanchette. Et crois-moi, je ne m'en réjouis pas, mais alors pas du tout. Pour ne rien témoigner de mon désarroi, je reste fidèle à ma trogne inexpressive.
"- Excuse Blanchette, j'ai à faire ailleurs. Je commence à m'en aller, espérant ne pas être loin de mes frontières, mais Valse du Froid écrase le bout de ma queue au sol. Ouch Mes griffes sortent toutes seules, et je ne peux m'empêcher de me retourner pour lui griffer le museau. J'échoue, mais c'est passé à un poil de renard. Il me regarde dans les yeux et là il me sort ce que je ne voulais pas entendre.
"- Où est ton frère ? Illusion du Ciel m'avait pourtant dit que j'avais deux fils.
Okay. Alors je suis sûr d'une chose : je déteste mon nom. Et celui de mon frère n'est pas si classe que ça. Et, de deux... "j'avais" ? Et ma mère ? Tu la compte, ordure ? Ma bouche va plus vite que mon esprit, comme à son habitude. Je le plaque au sol, mais cette fois, mes griffes font pression sur sa gorge.
"- "J'avais" hein ? Va crever enflure ! Maman est morte à cause de toi ! Et sa souffrance ? T'en fais quoi ? Tu l'effaces comme si elle était comme ta sale présence ? Ephémère ?"
C'est vrai qu'il a était là, jusqu'à nos deux lunes. Après, plus personne n'a reparlé de lui. J'ai envie d'hair ma mère pour nous avoir donné ces noms qui dansent avec celui de mon père illusoire. Oh et puis, allez tous au Diable ; je suis un poète né. Mais là n'est pas le principal problème auquel je suis confronté. Dans ma rage, j'ai malheureusement appuyé trop fort sur sa trachée. Je dis malheureusement mais j'en ai officiellement rien à faire qu'il meure sans m'avoir dit ce qu'il me voulait. Je le saigne, et, bon dieu, ça me fait plaisir. Parce que c'est lui. Je relâche la pression et le laisse mourir dans la souffrance. Les chats autour de moi me regardent avec un sentiment de peur naissant dans leurs yeux, tandis que d'autres ont l'air d'avoir du mal à retenir leurs tripes de se manifester.
"- Le premier qui me dégobille dessus, je lui fais regretter d'être né. Sur mon ton sévère, qui a l'air de bien fonctionner puisque certains prennent fuite, dont celui qui m'avait bousculé. Ah ! Des beaux-parleurs, mais quand Blanchette n'est plus là pour assumer, c'est une autre histoire.
Sans faire de long discours, je leur mets en garde de ne jamais poser leurs sales pattes sur mes terres, puis je m'enfuis, à travers les rochers et les herbes pour atteindre une terre quelque peu neigeuse. Celle que je connais. Je rentre au camp à l'heure ou le soleil se couche, et mon frère m'accueille. L'idiot, il croyait que je m'étais fait la malle ! Je n'ai, cependant, pas eu le cœur à lui dire ce que j'avais vu, et encore moins ce que j'avais fait. J'avais fait de mon mieux pour que du sang, il ne reste rien sur mes pattes par parties blanches. Je ne veux pas oublier ce meurtre, mais je ne veux pas en parler. C'est, et je ne me l'explique pas, une douleur déjà bien pesante dans mon cœur.



designed by Twist for QCUD






Préparez vos garde-mangers, je débarque ! type énervé avec une


Dernière édition par Valse du Requin le Mar 5 Juil 2016 - 20:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 19:30

Kyu ? Omg la Kyu ? Ca fait trop longtemps là XD C'est Sprite, je sais pas si tu te souviens de moi
J'adore ton nom, c'est très original ! Bienvenue ici ! :3
Et je veux un rp avec mon premier compte, Nuit Fantôme. *^*
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 19:57

Ma Sprite ! Bien sur que je me souviens de twa ma chérie :D Contente de te revoir ♥ Si tu veux pour le RP, on verra ça après :D
Revenir en haut Aller en bas
Ruse de la Renarde

avatar

Messages : 1949
Date d'Inscription : 31/07/2015


Personnage
Cats Points:
2435/99999  (2435/99999)
Votre Personnage
:

MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 20:05


    Bienvenue ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 20:12

Merci Fox ! :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 20:34

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 20:42

Thanks :D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 20:46

Bienvenue ! hi

Oh ton avatar, encore un fan art de mes fans
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 21:11

Merci Duke :D Mais j'ai pas trop compris là, vis-à-vis de l'avatar xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   Mar 5 Juil 2016 - 21:13

Ce serait trop long à t'expliquer xD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."   

Revenir en haut Aller en bas
 
Valse du Requin || "Allez tous au Diable : je suis un poète né."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Allez, tous ensemble... On se motive... Et maintenant, on va regarder la pub.
» Baccalauréat !
» ♣ FILET DU DIABLE | RPG | HP
» Tous les chemins mènent en enfer
» L'enfer est vide et tous les diables sont ici. (rp commun serpentard)

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Quatre Clans, Une Destinée :: Votre Personnage :: Vos Présentations :: Vieilles présentations-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet